Les opposants russes veulent se faire entendre au Salon


Vladimir Poutine sera à Paris pour rencontrer Jacques Chirac, vendredi 18 mars. Le passage du président russe coïncide avec le 25e Salon du livre de Paris, où la Russie est l'invitée d'honneur. Une visite des deux chefs d'Etat à la Porte de Versailles avait été envisagée par l'Elysée.

Finalement, pour éviter à M. Poutine le face-à-face avec les opposants présents au salon, M. Chirac invite vendredi en fin de matinée les écrivains russes à l'Elysée, en présence de M. Poutine. En dépit des précautions diplomatiques, la venue des éditeurs et des auteurs russes à Paris suscite d'ores et déjà l'effervescence. A travers le livre et la culture, le régime de Moscou, impopulaire dans l'opinion européenne, peut espérer offrir une image plus attractive.

C'est pourquoi les opposants à la politique actuelle comptent se servir du Salon du livre pour faire entendre leurs voix, comme ils l'avaient fait à la Foire du livre de Francfort, en 2003, où la Russie était déjà à l'honneur.

L'association russe Mémorial a pris un stand à la Porte de Versailles. Fondée en 1988, elle rassemble et publie des documents sur l'histoire de la répression en URSS et, aujourd'hui, dans les pays de la CEI. "Mémorial représente la partie de la population (environ 30 %, d'après les sondages) qui a compris l'importance de l'étude du passé soviétique, alors que le régime fait silence sur cette histoire", explique Hélène Kaplan, la représentante en France de Mémorial.

Quatre responsables de cette association ont fait le voyage : du théâtre au Goulag à la répression contre les Polonais, des poèmes écrits en détention aux chroniques des violences en Tchétchénie, les ouvrages donnent une idée du travail effectué par cette organisation qui compte aujourd'hui des antennes dans sept pays de l'ancien bloc communiste.

DÉLÉGATION NON CONTESTÉE

Les associations françaises de défense des droits de l'homme en Tchétchénie proposent plusieurs rendez-vous au salon, où le Comité Tchétchénie présente Des nouvelles de Tchétchénie (édition Paris-Méditerranée), recueil de textes d'auteurs tchétchènes et russes.

"La mort d'Aslan Maskhadov, président légitime et modéré, tué le 8 mars par les forces russes, accélère la nécessité de se voir et de réfléchir ensemble à l'avenir de la Tchétchénie, orpheline de leaders démocrates et de négociateurs légitimes", notent plusieurs collectifs regroupés autour du Comité Tchétchénie.

D'autres initiatives sont prévues, comme un Salon du livre des droits de l'homme à la Maison des métallos (Paris-11e), les 19 et 20 mars, ou la journée animée par des cinéastes, des musiciens et des poètes russes "pour les libertés culturelles de Moscou à Grozny" le 20 mars à la galerie W (Paris-18e).

La composition de la délégation russe (une quarantaine d'éditeurs et autant d'auteurs) ne semble pas contestée : "Il n'y a plus de censure et il ne s'agit pas d'une politique officielle, estime Mme Kaplan. Mais il reste des obstacles économiques. Plusieurs éditeurs n'ont pu venir, faute de moyens." Quelques-uns se sont regroupés dans un stand baptisé "Les nouveaux éditeurs russes": là seront débattus des thèmes tels que "La nouvelle histoire de l'URSS", "Les mutations des sciences sociales et humaines en Russie" ou "La sociologie de la culture".