SYNTHÈSE DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE AVEC UMAR KHAMBIEV, MINISTRE TCHÉTCHÈNE DE LA SANTÉ, QUI S'EST TENUE À PÉROUSE LE 14 NOVEMBRE 2003, AU SIÈGE DE LA RÉGION OMBRIE


Pérouse, 15 novembre 2003 – Depuis dimanche en tour en Italie, Umar Khanbiev, ministre de la Santé du gouvernement tchétchène en exil d'Aslan Maskhadov et conseiller général du Parti Radical Transnational, est arrivé aujourd'hui à Pérouse.

Accompagné de Carmelo Palma, chef de groupe radical à la Région Piémont, de Marco Fasolo, conseiller régional en Ombrie du SDI, d'Andrea Maori, secrétaire du Centre d'Initiative Radicale de Pérouse, Umar Khanbiev a eu d'importantes rencontres institutionnelles ce matin.

Le Ministre Khanbiev a été reçu par le Conseil Régional de l'Ombrie, avec le vice-président Vannio Brozzi, de la Commune de Pérouse, avec le Maire Renato Locchi et par le premier adjoint au Maire Silvano Rometti, tandis qu'aujourd'hui dans l'après-midi, durant une assemblée publique organisée par les radicaux de Pérouse, une rencontre aura lieu également avec l'adjoint provincial Luca Conti.

Le voyage de Khanbiev en Italie a un double objectif : 1) Avec ces rencontres institutionnelles et ces assemblées, le ministre Khanbiev illustrera le nouveau Plan de Paix du Gouvernement tchétchène, qui a été relancé récemment des colonnes du Monde par le Président de la République tchétchène, Aslan Maskhadov. Un appel en soutien du Plan de Paix, lancé par le Parti Radical Transnational, a déjà recueilli plus de 10.000 signatures, de plus de 80 pays, et les adhésions prestigieuses de centaines de députés européens et nationaux, d'administrateurs locaux et de dizaines de personnalités du monde de la culture, de la politique et de l'information. L’objectif est aussi celui de favoriser l'information, et de soutenir les Tchétchènes et les Russes qui se battent contre la guerre. 2) D'autre part, Khanbiev a également demandé aux représentants des institutions de l'Ombrie de contribuer à aider les réfugiés et la population tchétchène, torturée par deux longues guerres. Cet appel peut être signé sur le site internet : www.radicalparty.org

Le conseiller Marco Fasolo a illustré la motion présentée au Conseil Régional, qui engage son Président à demander au Premier Ministre et au Ministre des Affaires étrangères de soutenir et de promouvoir le plan Akhmadov sur le plan international et à demander au Gouvernement italien l'ouverture au Ministère des Affaires étrangères d'un bureau pour le Plan de Paix en Tchétchénie, afin d'offrir le maximum de contribution et de collaboration à l’ONU et aux autres institutions internationales, ainsi qu'à définir un accord spécifique de coopération humanitaire entre la Région Ombrie et la Tchétchénie.

En remerciant les représentants de la Commune de Pérouse, Andrea Maori, secrétaire du Centre d'Initiative Radicale de Pérouse, a stigmatisé le fait qu'aucune rencontre institutionnelle n'avait eu lieu avec des représentants du Conseil Régional de l'Ombrie, malgré les sollicitations des Radicaux et l'appui du conseiller Fasolo.

Cet après-midi, dans la salle de la Participation de la Province de Pérouse, Piazza Italia, 2e étage, se déroulera le débat : "Tchétchénie : un génocide en cours", auquel interviendront en plus d'Umar Khanbiev, de Carmelo Palma et Andrea Maori, également Olivier Dupuis, député européen radical. Durant le débat, le film "Grozny: il 51" de Mylène Sauloy (d'une durée de 26’, à disposition des TV) sera projeté et on pourra assister à la présentation du livre "Cecenia nella morsa dell’impero" par le Comité Tchétchénie, aux éditions Gierini e Associati", Milan 2003.

Umar Khanbiev naît en 1955 au Kirghizistan, où ses parents sont exilés.
En 1960, la famille revient en Tchétchénie. En 1979, il se spécialise en chirurgie.
En 1995, durant la première guerre en Tchétchénie, il devient ministre de la Santé du gouvernement indépendantiste. Durant les quatre mois de siège de Grozny, d'octobre 1999 à janvier 2000, il effectuera, d'abord dans son hôpital (la maternité n° 2 de Grozny) et puis dans des caves et des abris de fortune, 5.003 opérations, dont beaucoup d'amputations.
Le 2 février 2000, il est arrêté par l'armée russe, torturé, et libéré quinze jours plus tard. Il vit caché, proche de la Tchétchénie. C'est aujourd'hui un des plus importants représentants tchétchènes en exil.

N'oublie pas la Tchétchénie ! Tu peux soutenir le Plan de Paix en faveur d'une administration provisoire des Nations Unies sur la Tchétchénie en signant l'appel sur le site du PRT : www.radicalparty.org