Scission au sein du Parti socialiste au pouvoir en Albanie


AFP

Tirana. L'ancien Premier ministre albanais Ilir Meta, rival de l'actuel chef du gouvernement Fatos Nano, a provoqué lundi une scission au sein du Parti socialiste (au pouvoir) et a pris la tête d'une nouvelle formation politique.

Au moins 10 députés socialistes ont fait part de leur intention de se joindre au nouveau parti de M. Meta, le Mouvement socialiste pour l'intégration, a indiqué l'ancien Premier ministre.

La création de ce parti est perçue à Tirana comme un coup dur pour les socialistes au pouvoir qui n'auront désormais plus la majorité absolue au parlement.

Le Parti socialiste comptait 72 députés avant la scission dans un parlement qui en compte 140.

Il s'agit de la première scission au sein des socialistes, anciens communistes, depuis la création de ce parti en juin 1991.

"L'objectif de notre parti, qui vise à être la troisième force politique du pays, est l'intégration de l'Albanie dans l'Union européenne et l'Otan", a declaré Ilir Meta au cours de la première réunion de son parti, lundi à Tirana.

M. Meta, un rival du Premier ministre actuel Fatos Nano, a accusé la direction actuelle du Parti socialiste "d'avoir favorisé" la corruption, avec la mise en place de monopoles économiques qui étouffent l'économie du pays.

"Ces intérêts vont à l'opposé de ceux de l'Albanie et de son intégration dans l'UE et l'Otan", a declaré M. Meta, 34 ans, qui a été à deux reprises Premier ministre et a demissionné en juin 2002 de son poste de ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de M. Nano.