MESSAGE DU PRÉSIDENT DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS AU CONGRÈS DU PARTI RADICAL TRANSNATIONAL


Chère Emma, cher Marco,

La longue histoire du Parti Radical est constellée de luttes en faveur des libertés, des droits, de la légalité et de la démocratie.

Le défi que vous avez lancé depuis déjà plus de dix ans pour la création d’un parti transnational et transparti, avec toutes les difficultés et les contradictions qui en découlent, vous a amené à être les protagonistes de campagnes d’une grande valeur, comme celles que vous avez menées en faveur de l’institution d’un Tribunal pénal international permanent pour les crimes de guerre et contre l’humanité, pour l’abolition de la peine de mort à travers le monde ou, plus récemment, contre les mutilations génitales féminines, un drame qui met en jeu les droits fondamentaux de centaines de millions de femmes.

La présence à ce congrès de représentants de minorités ethniques, politiques ou religieuses qui voient, à travers le monde entier, violer leurs droits et leurs libertés, constitue pour vous une grande responsabilité et pour eux une raison d’espérer en une attention différente de la part de l’Occident démocratique. C’est donc avec énormément d’intérêt que je suis votre projet d’oeuvrer pour la création d’une Organisation mondiale des Démocraties qui puisse réunir tous les pays libres dans un travail concret de promotion de la liberté et de la démocratie, tout en accompagnant le processus positif de mondialisation économique qui, à travers mille difficultés et incohérences, est en train de créer de nouvelles opportunités de développement et de promotion de l’Homme. Je ne sais pas si un processus de cet ordre a la possibilité d’être lancé et à quelles conditions, mais j’estime, en ces temps difficiles qui caractérisent le nouveau millénaire, que la recherche d’un nouveau multilatéralisme, au siège des Nations unies, mais pas exclusivement, doit réunir tous ceux, gouvernements ou forces politiques, sans oublier la multitude d’Organisations non gouvernementales, qui croient dans le choix du droit et de la démocratie comme véritable arme stratégique pour désarmer et ostraciser la violence terroriste.

Je tiens à souhaiter un bon travail à vous tous qui avez su conduire tant de batailles difficiles, dans la solitude souvent, et en affrontant maintes difficultés.

Pier Ferdinando Casini