L'opposant en exil Sam Rainsy pardonné par le roi du Cambodge


AFP

Le roi du Cambodge Norodom Sihamoni a accordé dimanche son pardon à Sam Rainsy, leader de l'opposition en exil, qui avait été condamné en décembre à 18 mois de prison pour avoir diffamé le Premier ministre Hun Sen, selon une déclaration du palais royal lue à la télévision. Cette annonce est intervenue après une volte-face de Sam Rainsy qui s'est rétracté vendredi dans une lettre après avoir longtemps accusé Hun Sen d'avoir orchestré une attaque à la grenade meurtrière contre un rassemblement de son parti en 1997. Par ailleurs, un autre responsable de l'opposition, Cheam Channy, qui a passé un an dans une prison militaire, a lui aussi été pardonné et sera libéré lundi, a indiqué un de ses collègues, le député Son Chhay. Cheam Channy avait été condamné pour fraude et tentative de renversement du gouvernement. Selon Om Yentieng, conseiller du Premier ministre, Sam Rainsy, en exil en France, et Cheam Channy ont été pardonnés à la demande de Hun Sen. Leur immunité parlementaire qui avait été levée l'an dernier pour permettre les poursuites judiciaires va vraisemblablement être rétablie, a-t-il dit à l'AFP. Cette détente sur la scène politique cambodgienne intervient alors que Hun Sen a été vivement critiqué par les principaux acteurs de la communauté internationale à la suite de l'arrestation de plusieurs militants des droits de l'Homme et de diverses poursuites judiciaires engagées contre ses opposants