Lettre ouverte de Mme Vanida Thephsouvanh, présidente du Mouvement Lao pour les Droits de l'Homme aux membres du Parlement européen




Paris, le 3 septembre 2002

Madame, Monsieur le Député,

Lors de la rencontre, le 13 juin dernier à Strasbourg, entre la Délégation du Parlement Européen chargée des relations avec les pays de l'ASEAN et une délégation de l'Assemblée Nationale de la République Démocratique Populaire Lao, l'absence de démocratie et les graves violations des droits de l'Homme au Laos ont été relevées par l'ensemble des députés européens présents.

Au cours de cette réunion interparlementaire, les eurodéputés ont exprimé leurs vives préoccupations sur le sort des leaders du Mouvement des Etudiants et Enseignants du 26 octobre 1999 -- MM Thongpaseuth KEUAKOUN, Seng-Aloun PHENGPHANH, Bouavanh CHANMANIVONG, Khamphouvieng SISA-AT et KEOCHAY -- arrêtés lors de ce rassemblement pacifique à Vientiane, et disparus depuis.

Dans une réponse confuse et remplie de contradictions, le vice-président de la commission des lois et de la justice à l'Assemblée Nationale Lao, M. Samane SOUVANNASAO, avait affirmé que les cinq leaders d'étudiants ont été "jugés et condamnés depuis le 29 juin 2001 par un tribunal de droit commun" et qu'ils sont "emprisonnés dans une prison de Vientiane".

A la demande de visite des détenus formulée par un député européen, M. Samane SOUVANNASAO avait opté pour une surprenante "pirouette", en faisant valoir avec embarras que ces leaders étudiants avaient été condamnés pour "un crime ordinaire" et que si la Délégation du Parlement Européen "demande à aller les voir, elle devrait alors aller voir beaucoup de personnes en prison"...

Quant à la demande de communication d'une copie du "procès verbal de toute la procédure au tribunal, dont les déclarations de la défense'' formulée par le même eurodéputé, le représentant de la délégation RDP Lao s'est contenté de répondre par une vague promesse: "je pourrais les retrouver et vous les faire parvenir''.

Outre le caractère peu sérieux des propos des autorités Lao -- qui par ailleurs avaient toujours nié jusqu'ici les arrestations du 26 octobre 1999 --, de telles réponses ne font qu'accroître l'inquiétude sur le sort de ces combattants de la liberté. D'autant plus que depuis près de trois ans, aucun de leurs proches n'a pu les rencontrer, et que rien ne permet de croire que ces cinq leaders sont encore vivants ou qu'ils sont tous vivants.

Tout en vous remerciant pour votre soutien -- lors du vote des résolutions du Parlement Européen le 15 février et le 15 novembre 2001, comme lors du déplacement de la Délégation chargée de l'ASEAN fin avril 2001 à Vientiane --, le Mouvement Lao pour les Droits de l'Homme (MLDH) en appelle à nouveau à vous, afin que ces cinq personnes retrouvent, très rapidement et sans aucune condition, leur liberté, leur dignité et une existence humaine.

Dans notre lutte pacifique pour la Démocratie et des droits de l'Homme, le Parlement Européen reste notre espoir et notre dernier recours. L'Union Européenne figure en effet parmi les principaux donateurs du régime laotien. C'est pourquoi le MLDH sollicite votre intervention pour que les démarches appropriées soient entreprises auprès de la RDPL afin que le peuple Lao puisse enfin vivre libre et en paix, dans un Etat de droit.

Veuillez accepter, Madame, Monsieur le député, l'expression de nos sentiments respectueux.

Vanida S Thephsouvanh
Présidente du MLDH