Le Secrétaire Demba Traoré rencontre les majeures institutions politiques italiennes


©2012 Archivio fotografico, Senato della Repubblica (foto pd)

Demba Traoré – Secretaire du Parti Radical Nonviolent, Transnational et Transparti, avocat malien et ancien membre de l'Assemblée Nationale du Mali – a rencontré les plus hautes institutions politiques italiennes. Dans l'après-midi du 7 mars – a l’occasion de l’inauguration officielle d’une exposition sur les relations entre l’Etat et l’Eglise – il a été reçu et salué par le Président de la République italienne, Giorgio Napolitano, et par le Président du Sénat italien, Renato Schifani. M. Traoré était accompagné par la vice-Présidente du Sénat, Emma Bonino, et le sénateur Radical Marco Perduca.


©2012 Archivio fotografico, Senato della Repubblica (foto pd)

Dans la matinée du 8 mars, le récemment élu Secrétaire du Parti – avec le Trésorier Maurizio Turco et les leaders du Parti Marco Pannella et Emma Bonino – 
a été reçu par le Président de la Chambre des députés italienne, Gianfranco Fini.
«C’était une rencontre due d’un point de vue institutionnel, mais très agréable aussi», le Président de la Chambré a noté, en ajoutant: «et c’est relevant qu’il y ait une forte attention, du Parti Radical, pour le droits civils, pas seulement au niveau national et européen, mais international également».

 

Dans l’après-midi, Demba Traoré est rentré dans sa ville au Mali, Bamako. La semaine dernière le Secrétaire était en mission à New York avec Emma Bonino – à l’occasion de l’ouverture de la 56ème session de la Commission sur la Condition des Femmes des Nations Unies – pour participer à un événement titré “L’interdiction complète des mutilations génitales féminines: de la Décision de l’Union Africaine à une Résolution de l'Assemblée Générale des Nations Unies”, organisé par l’association No Peace Without Justice (affiliée au Parti Radical) et par la Coalition Internationale BanFGM.
La réunion – assistée par environ 200 participants, parmi lesquels activistes des Droits Humains, diplomates, fonctionnaires des diverses agences de l’ONU dédiées à la protection des droits de la femme et de l’enfance, et simples citoyens – a vu la présence, entre autres, du Ministre du Travail de l’Italie, Elsa Fornero.