Le président azerbaïdjanais pardonne plus de 300 prisonniers


AFP

Bakou. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a pardonné lundi plus de 300 détenus, dont au moins trois prisonniers de conscience identifiées comme tels par des ONG, à l'occasion de l'anniversaire de son père, l'ex-président Heydar Aliev, décédé l'an dernier.

Le pardon, prononcée par décret présidentiel, concerne 363 personnes, dont la plupart ont été emprisonnées pour avoir refusé le service militaire ou avoir déserté l'armée. Elle coïncide avec le 81è anniversaire de naissance de Heydar Aliev.

Trois des détenus concernés par l'amnistie, Janmirza Mirzoïev, Fahmin Hadjiev et Farida Koungourova, ont été désignés comme des prisonniers politiques par des ONG de défense des droits de l'Homme et le Conseil de l'Europe.

Le pardon a été décrété sur la base "des principes d'humanité et de justice, et en signe de respect pour les droits de l'Homme et les libertés", selon le texte du décret.

M. Mirzoïev est le plus connu des trois détenus politiques. Anciennement chef de l'académie des forces navales, il avait été condamné pour meurtre en 2002, mais ses partisans avaient dénoncé une machination pour le punir d'avoir dénoncé la corruption dans l'armée.

L'Azerbaïdjan, une république du Caucase riche en pétrole, a été sévèrement dénoncée par le passé pour ses pratiques de détention de prisonniers politiques. Mais à la suite d'une série d'amnisties et de nouveaux jugements, le secrétaire génal du Conseil de l'Europe, Walter Schwimmer, a jugé en mars que cette page était sur le point d'être tournée.