Le Parlement Européen condamne les violations des libertés et appelle à des élections multipartites sous supervision internationale




Le Parlement Européen condamne les violations des libertés et appelle à des élections multipartites sous supervision internationale

Le Parlement Européen, réuni en mini-session plénière à Bruxelles, a adopté jeudi 1er décembre 2005 une résolution condamnant les graves violations des droits de l'Homme au Laos, dénonçant la "répression effroyable" contre les populations Lao-Hmongs de Xaysomboun, et appelant, pour la première fois, à "la tenue rapide d'élections multipartites sous la supervision internationale", avec la participation des Laotiens de l'extérieur.

Le Mouvement Lao pour les droits de l'Homme (MLDH) salue cette décision historique des parlementaires des 25 pays de l'Union européenne, et les remercie pour ce soutien au peuple laotien sans droit et sans voix.

Pour le MLDH, le vote solennel de cette résolution, à la veille même du 30è anniversaire de la prise du pouvoir par le Parti communiste le 2 décembre 1975 au Laos, est un camouflet sans précédent pour les dirigeants de la dictature laotienne.

La résolution sur "la situation des droits de l'Homme au Cambodge, au Laos et au Vietnam", dont le MLDH a contribué aux travaux préparatoires, dénonce "la restriction de la liberté d'expression, de la liberté de la presse, de la liberté d'association, de la liberté de réunion et de la liberté religieuse", condamne le traitement infligé aux "dirigeants du Mouvement du 26 Octobre 1999", et s'insurge contre les "abus à l'encontre des Hmong du Laos, dont la situation humanitaire reste effroyable".

Lors du débat en plénière, qui a duré une heure, treize députés européens ont pris la parole pour dénoncer les exactions commises par le "régime autoritaire", qu'un orateur a même qualifié de "mafia rose", tandis que le Conseil européen, par la voix du ministre britannique Ian PEARSON, a prévenu que le Conseil allait "prendre des mesures pour remédier à cette situation par des sanctions".

Le Parlement Européen a demandé aux autorités laotiennes de "libérer tous les prisonniers politiques et tous les prisonniers de conscience". Lors du vote du texte, un amendement oral, soutenu par les groupes politiques de droite et de gauche, a été introduit pour demander aux dirigeants du Parti unique de "concevoir et de mettre en œuvre le plus rapidement possible toutes les réformes nécessaires pour démocratiser le pays, garantir l'expression pacifique de l'opposition politique et assurer la tenue rapide d'élections pluralistes sous contrôle international, en vue d'une réconciliation nationale".

Le MLDH se réjouit de cette demande du Parlement européen, et appelle la communauté internationale à agir avec fermeté, et à maintenir la pression, y compris économique, sur le régime laotien, afin que le contenu de cette résolution soit mis en application sans délais.