LAOS - Barrage Nam Theun 2: "Devoir de vigilance"


MLDH

La Banque Mondiale vient de décider d'accorder sa caution au projet de barrage Nam Theun 2 en République démocratique populaire Lao (RDPL), en dépit des réserves d'éminents experts sur la viabilité et l'utilité de ce projet pour le peuple laotien, et malgré les appels de plus d'une centaine d'organisations de défense de l'environnement sur les dangers de ce méga barrage de 1.300 millions de dollars pour la faune, la flore, et pour les dizaines de milliers de personnes vivant dans cette région.

Le Mouvement Lao pour les droits de l'Homme (MLDH) --qui a déjà souligné à plusieurs reprises les risques que pourrait représenter ce projet, sous contrôle d'un régime totalitaire et opaque, tel que celui de la RDPL -- exprime ses plus vives inquiétudes après cette décision, dont le gouvernement de la RDPL, les promoteurs, les investisseurs étrangers, et la Banque Mondiale devront assumer les conséquences négatives et les préjudices que pourrait subir le peuple laotien.

Pour le MLDH, un projet tel que celui de Nam Theun 2 ne peut être bénéfique au pays et au peuple laotien, en l'absence d'un cadre de paix, de sécurité, de liberté, de démocratie pluraliste, de justice sociale et de bonne gouvernance.

Il rappelle que les violations des droits fondamentaux, la répression des minorités ethniques et religieuses n'ont pas cessé au cours de ces 30 dernières années en RDPL, où les critiques et les opinions divergentes ne sont pas tolérées, et où, de la ville jusqu'au plus petit hameau, tout est placé sous le contrôle du Parti-Etat.

C'est pourquoi, le MLDH appelle l'ensemble du peuple laotien, ainsi que la communauté internationale, à un "devoir de vigilance", et à exiger des autorités de la RDPL toutes les garanties nécessaires, afin que ce barrage contribue réellement à la lutte contre la pauvreté, à la promotion des libertés et des droits de l'Homme, et qu'il soit un moteur vers les réformes démocratiques, la bonne gouvernance, et l'Etat de droit au Laos.