Campagne de soutien à la candidature de Thich Quang Do pour le Prix Nobel de la Paix 2007


“Une société civilisée ne devrait jamais autoriser aucun Gouvernement, quel que soit son idéologie ou son principe politique, pour déroger aux droits de l’Homme universels et isoler son propre peuple derrière un rideau de fer sous le prétexte de la “non-ingérence” dans les affaires internes d’une nation” Thich Quang Do

Le Vénérable Thich Quang Do a passé plus de 25 ans en détention sous les régimes successifs et est actuellement emprisonné sans procès dans une chambre de sa pagode à Saigon pour avoir lutté pacifiquement et sans relâche en faveur de la liberté religieuse, des droits de l’Homme et de la démocratisation du Vietnam. La pression internationale lui a, jusqu’à présent, évité de disparaître dans les geôles vietnamiennes, et seule l’attribution du Prix Nobel de la Paix constituerait un symbole assez fort pour le sauver et pour encourager réellement la démocratisation du Vietnam.

Deuxième dignitaire de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV, Eglise historique, indépendante, mise hors-la-loi depuis 1981), Thich Quang Do (nom séculier Dang Phuc Tue) est également un éminent érudit, professeur en philosophie orientale et en études bouddhistes, ainsi qu’un écrivain de renom, auteur de plus d’une douzaine de publications, dont des romans, des recueils de poèmes, des traductions et des essais sur le Bouddhisme vietnamien.

Né le 27 novembre 1928 dans la province de Thai Binh (nord du Vietnam) et entré dans les ordres à l’âge de 14 ans, Thich Quang Do a été fortement marqué par l’assassinat, devant ses yeux, de son maître religieux Thich Duc Hai (1945) et par les tueries de la Reforme Agraire des années 1950. Il s’est dès lors dévoué à la poursuite de la justice et des enseignements bouddhiques de tolérance et de compassion et à la lutte pacifique contre l’oppression, quel que soit le régime politique.

Emprisonné, dans les années 60, pour ses protestations contre la politique anti-bouddhiste du régime de Ngo Dinh Diem au Sud-Vietnam, il a été privé de sa liberté de façon quasi-systématique (prison, camp de rééducation, exil intérieur, résidence surveillée) sous le régime communiste vietnamien à cause de son attachement à la liberté religieuse, aux droits de l’Homme et à la démocratie : En 1977, il est arrêté et mis au cachot pour 20 mois. En 1982, il est de nouveau arrêté parce que, “ayant des activités religieuses, il s’est ipso facto engagé dans des activités politiques”. Son exil intérieur dure jusqu’en 1992. En 1995, Il est arrêté et condamné lors d’un procès inique à 5 ans de camp de rééducation pour avoir “abusé de la liberté démocratique pour nuire aux intérêts de l’Etat” et “sapé la solidarité religieuse” en écrivant une lettre au Secrétaire général du PCV et en organisant une mission d’aide humanitaire en faveur des victimes des inondations dans le Delta du Mékong (octobre 1994).

“Sorti d’une petite prison juste pour entrer dans une plus grande prison” (selon ses propres mots) par une amnistie en 1998, Thich Quang Do a immédiatement repris son combat non-violent pour les droits de l’Homme et la démocratie en tentant en vain de dialoguer avec les autorités vietnamiennes et en appelant au soutien de la communauté internationale pour le respect des libertés fondamentales, la libération des prisonniers de conscience, l’abolition de la peine de mort, etc.. Il lance, le 21 février 2001, son “Appel pour la Démocratie au Vietnam”, véritable plan pour la démocratisation Vietnam, et reçoit le soutien de plus de 300.000 Vietnamiens et de centaines de personnalités internationales... ainsi qu’une peine de 2 ans de "détention administrative” (sans procès) pour “atteinte à la sécurité nationale”. Détenu incommunicado et sans soins médicaux pour son diabète et son hypertension, Thich Quang Do est libéré le 27 juin 2003 mais est de nouveau arrêté, le 8 octobre 2003, pour avoir organisé une réunion pacifique de l’EBUV. Accusé, sans mise en examen, d’avoir été trouvé en “possession de secrets d’Etat”, il est depuis lors sous étroite surveillance dans sa pagode à Saigon et sujets à de fréquents interrogatoires et harcèlements policiers. Au mois de novembre 2006, Thich Quang Do a reçu le Prix Rafto 2006 décerné par la Fondation norvégienne Rafto pour son dévouement à la cause des droits de l’Homme ainsi que son rôle de “force unificatrice” et de “symbole du mouvement démocratique grandissant au Vietnam”.

En raison de son courage de sa quête sans faille pour la démocratie, la liberté et la paix, je soutiens pleinement la candidature du Vénérable Thich Quang Do pour le Prix Nobel de la Paix 2007.

List of the Member of the Italian Parliament who signed the international appeal for the Nobel Peace Prize to the Venerable Thich Quang Do

1. Hon. Marco Beltrandi (Rnp)
2. Hon. Salvatore Buglio (Rnp)
3. Hon. Enrico Buemi (Rnp)
4. Hon. Daniele Capezzone (Rnp)
5. Hon. Sergio D’Elia (Rnp)
6. Hon. Giacomo Mancini (Rnp)
7. Hon. Bruno Mellano (Rnp)
8. Hon. Donatella Poretti (Rnp)
9. Hon. Maurizio Turco (Rnp)
10. Hon. Lanfranco Turci (Idv)
11. Hon. Roberto Villetti (Rnp)
12. Sen. Giorgio Benvenuto (Ulivo)
13. Hon. Gerardo Bianco (Ulivo)
14. Hon. Giuseppe Caldarola (Ulivo)
15. Hon. Cinzia Dato (Ulivo)
16. Hon. Massimo Fiorio (Ulivo)
17. Hon. Gabriele Frigato (Ulivo)
18. Hon. Roberto Giachetti (Ulivo)
19. Hon. Franco Grillini (Ulivo)
20. Hon. Maria Leddi Maiola (Ulivo)
21. Hon. Claudio Maderloni (Ulivo)
22. Hon. Ermete Realacci (Ulivo)
23. Hon. Giuseppina Servodio (Ulivo)
24. Hon. Angelo Zucchi (Ulivo)
25. Undersecretary Stefano Boco (Verdi)
26. Hon. Grazia Francescato (Verdi)
27. Hon. Tommaso Pellegrino (Verdi)
28. Hon. Luana Zanella (Verdi)
29. Hon. Pietro Folena (Prc-Se)
30. Hon. Gino Capotasti (Udeur)
31. Hon. Dante D’Elpidio (Udeur)
32. Hon. Michele Pisacane (Udeur)
33. Hon. Giuseppe Astore (Idv)
34. Hon. Felice Belisario (Idv)
35. Hon. Sandra Cioffi (Idv)
36. Hon. Egidio Pedrini (Idv)
37. Hon. Angelo Picano (Idv)
38. Hon. Antonio Razzi (Idv)
39. Hon. Margherita Boniver (FI)
40. Hon. Enrico Costa (FI)
41. Hon. Benedetto Della Vedova (FI)
42 Hon. Ida D'Ippolito Vitale (FI)
43. Hon. Elisabetta Gardini (FI)
44. Hon. Giuseppe Marinello (FI)
45. Hon. Filippo Misuraca (FI)
46. Hon. Patrizia Paoletti Tangheroni (FI)
47. Hon. Antonio Buonfiglio (AN)
48. Hon. Roberto Salerno (AN)
49. Hon. Marco Zacchera (AN)
50. Hon. Stefano Allasia (Lnp)
51. Hon. Matteo Brigandi (Lnp)
52. Hon. Giancarlo Giorgetti (Lnp)
53. Hon. Alessandro Forlani (Udc)
54. Hon. Michele Vietti (Udc)

Campaign coordinated by Que Me: Action for Democracy in Vietnam, BP 63, 94472 Boissy Saint Leger (France) – Tel + 33.1.45.98.30.85 – Fax: + 33.1.45.98.32.61 – E-mail: queme@free.fr - Website: http://www.queme.net